Femi Kuti passe le témoin à Made: L’anticipation

Le 18 novembre dernier, la salle Jacques Brel de Gonesse, dans le Val d’Oise en France, a vibré aux sons de l’afrobeat. Femi Kuti et son célèbre groupe The Positive Force ont pendant plus d’une heure tenu en haleine le public venu de par et d’autre de la France le soutenir. Un grand moment que ses fans attendaient depuis quelques mois et pas question de rater ce rendez-vous qui promettait des belles surprises. D’ailleurs il suffisait de voir le public excité en attendant l’entrée de l’artiste qui a été accueilli sous des tonnerres d’applaudissements. Une belle introduction qui a permis à l’artiste de se lancer aussitôt dans l’ambiance de la soirée. Dans un style très particulier et qui rappelle tantôt celui de son père, Femi Kuti a chanté et dansé au rythme de la trompette et du saxo qu’il a lui même joué.

Femi Kuti passe le témoin à MadeFemi Kuti passe le témoin à Made: Le concert

Passant d’un coin à un autre de la scène, virevoltant, entouré de trois danseurs et de neuf musiciens dont Made son fils, il a abordé dans ses chansons les thèmes habituels: la corruption, le malaise social endémique à l’Afrique et les magouilles politiques. Chez les Kuti la musique rime avec engagement citoyen. La scène sert non seulement à chanter et à danser mais aussi et surtout à dénoncer les dérives de la société africaine en général. Pendant ce concert , l’artiste s’est notamment adressé à la jeunesse africaine. Il a en substance rappeler qu’il était temps que celle- ci se prenne en charge. Le temps aussi pour Made, son fils, était semble t-il arrivé pour voler de ses propres ailes en lui transmettant a son tour le témoin.

Femi Kuti passe le témoin à Made: Le symbolisme

Une nouvelle ère s’annonce donc pour la troisième génération et connaissant les Kuti, la relève promet des belles surprises. Aussi, dans les dernières minutes du show, après un morceau en duo avec son fils, Femi Kuti a laissé la direction du spectacle à son fils qui a assuré. La communion était totale avec les musiciens, même style et même gestuelle, Made a montré au public une partie de son talent qui représente l’avenir du clan. Père et fils ont sorti un album intitulé Legacy (Héritage). Celui reçu par Femi de la part de son père et qu’il transmet à son tour à son fils. Enfin, après plus d’une heure de concert, les notes de l’afrobeat resonnaient encore dans la salle. Le public, debout, avait du mal à sortir. Comme s’il voulait poursuivre le show toute la nuit. Femi Kuti et The Positive Force se produisaient dans le cadre de la 33e édition du festival Africolor, le festival nomade francilien qui se tient dans la région depuis le 12 novembre dernier.”